L’école dynamique à l’arbre aux étoiles !

Et bien voilà, c’est fait, nous avons accueilli notre premier séjour « scolaire » à l’arbre aux étoiles, et pas des moindres : l’école dynamique, rien de moins, qui a ouvert ses portes à la rentrée dernière à Paris, sur le principe de la Sudbury Valley school aux Etats-Unis (fondée en 1969 et recensant à ce jour plus de 40 écoles sur toute la planète).

Ecole dynamiqueTrois jours denses de travaux dans le jardin (paillage du potager en permaculture, confection de palissades…), de jeux coopératifs (Loup garou, Room 25, 7 wonders, Dixit…), de repas végétariens préparés par les enfants, de visites touristiques (Honfleur, Etretat)… et d’échanges pour s’imprégner de cette école si différente, ouverte et ancrée dans la vraie vie.

Le modèle Sudbury est fondé sur un principe simple : l’enfant est avant tout une personne, libre de définir ses objectifs d’apprentissage. Cela se traduit notamment par :

  • un fonctionnement démocratique (où chaque élève a une voix pour voter ensemble les décisions de gestion de l’école)
  • des apprentissages autonomes, qui ont montré leurs vertus depuis longtemps déjà (pour les curieux ou les sceptiques, je conseille le film Etre et devenir de Clara Bellar)
  • le principe du multi-âge au sein d’un collectif d’âges mélangés, de 3 à 19 ans, lui aussi très vertueux en termes d’intégration de savoir-être et de savoir-faire

Bref, l’école (ou le groupe) se comporte comme un être à part entière, animé d’un fonctionnement organique, dans lequel l’enfant développe son autonomie et sa confiance en lui, sans contraintes de programme, de devoirs, d’évaluation ou de temps. Ce qui bien sûr, ne l’empêche pas d’avoir des responsabilités (faire les comptes du séjour, préparer les repas etc) et de suivre des règles (respect des autres, passage de certifications propres à l’utilisation de certains matériels, participation aux conseils…).

Bref, un vrai changement de paradigme éducatif qui demande un ultime lâcher-prise…

A l’arbre aux étoiles, nous n’oublierons pas :

  • Jahelo et sa passion du feu de camp
  • Valerien et ses remarques très avisées lors des parties de jeu
  • Laélien et le vidage en règle du pot de pâte à tartiner (un véritable maître pour notre fils Gaspard)
  • Zarathoustra et ses sonates de Bach en duo avec notre fille Céleste
  • Tom et son beau bâton de marche sculpté
  • Corentin le benjamin qui toujours prêt à suivre et qui n’a jamais froid
  • Le sourire et la gnacque d’Elena
  • La patience et la présence de Benjamin
  • Le regard éclairé de Yohan

Alors à quand la Sudbury valley school dans nos vallées normandes ? Nous, on est prêts et on vous attend !

Il y a 2 commentaires pour cet article

  1. Stéphane
    a écrit le 7 janvier 2016 à 13 h 52 min

    Merci pour tous ces bons moments de partage et de découvertes !

    Répondre
  2. dany
    a écrit le 7 janvier 2016 à 21 h 33 min

    Merci Maÿlis pour partager avec nous cette expérience. Nous sommes un certain nombre, dans nos écoles, à faire des changements, de mini révolutions, mais il est vrai que l’institution est toujours là, au-dessus de nos têtes, nous empêchant d’aller aussi loin qu’on le rêve. Mais petit à petit, nos rêves deviendront réalité, j’en suis sûre.
    Amicalement…

    Répondre

Laisser un commentaire...